samedi 22 avril 2017

13 reasons why - Jay Asher et Netflix

Titre : 13 reasons why 

Auteur : Jay Asher

Édition : Razorbill
Parution originale : 2007
Genre : Young Adult
Quatrième de couverture : Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu'elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. Et Clay en fait partie. D'abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l'oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer...

Avis : Je vais parler du livre, bien sûr, et je vais parler de la série, aussi, parce qu'elle a visiblement réussi à se rendre incontournable en moins d'un mois, et rien que ça ça vaut le coup d'être noté.


Du moment où on commence le livre, on sait qu'il est déjà trop tard pour Hannah Baker. Pourtant, on la laisse nous raconter comment elle en est arrivé à cette décision. On la laisse nous montrer le monde qui glisse petit à petit hors de sa portée. On reste pour témoigner de tous les instants manqués où quelqu'un aurait pu faire quelque chose pour la sauver.
Et tout comme Clay, on se met à en vouloir à la terre entière, on voudrait revenir en arrière, que l'histoire soit différente, qu'il y ait encore un espoir pour Hannah.
Mais non, pour Hannah, c'est trop tard. Alors pourquoi ce livre? Pourquoi le lire, pourquoi jusqu'au bout? Je pense que face à ce genre de tragédie, beaucoup se sentent submergés d'incompréhension. Moi je le suis.
Ce livre, c'est pour vous aider à comprendre. C'est peut-être, aussi et surtout, pour nous ouvrir les yeux sur toutes les petites merdes de la vie qui pourraient être évitées, où qu'on pourrait rendre plus supportables, simplement en prenant la peine de les remarquer, simplement, parfois, en tendant la main.
C'est ce que je veux en retenir en tous cas : prendre conscience que même si on le soupçonne rarement, même si on est incapable de s'en rendre compte, chacune de nos actions et interactions avec les autres comptent et ont un impact sur leur vie.

Voilà ce que j'avais écris avant de voir la série, directement en refermant le livre. C'est le sentiment qui ressortait le plus : un encouragement à sourire, à mettre un peu de lumière dans la vie des autres, à prendre soin d'eux même quand ils sont déterminés à tout saboter.


La série, maintenant, en quoi elle diffère du livre, et en quoi je conseille si possible de lire le livre avant :
Sur ce dernier point, c'est assez simple : en commençant par le livre, vous maintenez le potentiel de suspens et de surprise à 100%, parce que même si on connaît la fin, on ne sait pas comment on y arrive, on ne sait pas qui figure sur les cassettes, on ne sait pas quel numéro est Clay ni ce qu'il a fait. Si vous lisez le livre après la série, vous aurez déjà tous ces éléments, et vous passerez simplement votre temps à noter les différences les plus subtiles entre les deux média, ce qui a un intérêt vite limité.

En revanche, que vous ayez lu le livre ou non, la série vaut le détour. Mais pourquoi ? Pourquoi se faire encore du mal à traverser avec Hannah toutes ces épreuves ?
Parce que la série apporte un regard nouveau sur l’œuvre, tout en lui restant très fidèle : les deux, si consultées dans l'ordre, sont réellement complémentaires.
Dans le livre, on est dans la tête de Clay, et on entend Hannah, à travers ses oreilles à lui. On a que très très rarement l'intervention des autres personnages, qui n'apparaissent que comme des éclairs, presque comme des fantômes, déformés par le prisme d'un Clay bouleversé par ce qu'il en train d'écouter.
Dans la série, chaque personnage est développé, soigné, chouchouté, et ça donne une richesse à l'adaptation qu'il m'a rarement été donné de voir, car à aucun moment cela ne parait artificiel, rajouté. Tout sonne juste, tout est touchant.
Tout est coup de poing. Je me doute que vous le savez déjà, je ne suis pas la première à le dire : ce n'est pas une série qui se regarde à la légère.
Mais c'est une série qui se regarde, une série à sensations fortes, une série qui vous montrera un peu plus d'Hannah Baker (elle est assez drôle cette fille en fait) mais qui vous donnera aussi réellement l'occasion d'aimer ou de détester les autres personnages, ceux traités par les cassettes, mais pas que.
Les parents aussi. Les parents qui sont les grands absents du livre, sont traités admirablement dans la série (Olivia, la mère d'Hannah, vous a tous fait pleurer, j'en suis persuadée^^)
La série développe le thème du harcèlement, du slut-shaming, du consentement et du viol, de la difficulté des victimes à dénoncer leur agresseur, de la culpabilité, de ce que c'est de perdre un enfant. Elle effleure même la thématique chère à la terre américaine : le port d'arme à feu.
Et elle montre, intensément, l'impact des cassettes d'Hannah, qui pour moi, devient une sorte de vengeresse en inversant les rôles : à travers cette astucieuse 'suicide note', c'est elle qui devient la harceleuse, et je ne peux m'empêcher de me demander si c'était vraiment l'effet recherché.

Il parait que l'auteur, Jay Asher, et la productrice, Selena Gomez, seraient partant pour une saison 2. Je suis mitigée quant à la question. Oui, les personnages ont encore des choses à raconter. Mais les scénaristes devront soigner leur message et veiller à rester à la hauteur de cette première saison bouleversante, sans devenir une énième teen-série versant dans le cliché, le drama et la mièvrerie.

Qu'en pensez-vous?

2 commentaires:

  1. Il faudrait que je tente le livre avant de me mettre à la série TV !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se lit vraiment très très vite, personnellement je trouve que ça vaut le coup ! ça permet de développer un point de vue plus personnel que quand on regarde une série je trouve. T'arriveras devant l'écran plus préparée =)

      Supprimer