samedi 8 avril 2017

Dans les veines - Morgane Caussarieu

Titre : Dans les veines
Auteur : Morgane Caussarieu
Édition : Mnémos
Parution originale : Mai 2015
Genre : Young Adult, Fantastique
Quatrième de couverture : La canicule enflamme les nuits bordelaises. Une bande de camés dévaste un supermarché. Et tandis que l’on repêche des cadavres exsangues dans la Garonne, des filles perdues poussent leur dernier soupir sur le son du Bathory, nouveau repaire de la faune nocturne. Chargé d’enquêter sur ces événements, le lieutenant Baron suit la trace de tueurs dégénérés avides de sexe, de drogue et de rock’n’roll, bien décidés à saigner la cité girondine. Vampires… Le mot, absurde, échauffe les esprits, sans que personne n’ose encore le prononcer. Et alors que l’investigation piétine, Lily, la propre fille de Baron, s’entiche de l’inquiétant Damian, pensant trouver dans cette passion toxique un remède à son mal-être. 


Avis : J'ai lu Dans les veines de Morgane Caussarieu parce qu'il était présenté comme une "bonne histoire de vampires à l'ancienne, avant les vampires à paillettes qui trouvent rien de mieux à faire que de repiquer éternellement leur dernière année de lycée". Les vampires de Morgane Caussarieu sont, en effet, loin des charmeurs torturés d'une majorité de la production bit-lit. Ils sont violents, malsains, guidés par la faim et la faim uniquement. Et l'auteure n'a aucun scrupules à nous montrer l'étendue de leur puissance et jusqu'où ils sont prêts à aller pour assouvir leurs fantasmes. 
Voilà, une fois qu'on a compris ça... Le livre n'a plus ni grand intérêt ni grandes surprises. Il est extrêmement difficile de s'identifier aux personnages, voir même d'avoir de la sympathie pour eux : les vampires, on aura compris pourquoi. Mais les humains ne sont guère mieux : quand ils ne sont pas aussi monstrueux que leurs homologues fantastiques, ils sont d'une bêtise sans fin, et parfois, c'est les deux à la fois ! 
On finit donc par se désintéresser de leur sort (de toute façon, le ton du roman ne nous donne pas tellement d'illusions sur la manière dont tout cela va se finir…) et si l'on continue à lire, c'est plus poussé par une sorte de curiosité morbide, pour voir jusqu'où l'auteure ira dans l'horreur. Et encore, puisqu'on comprend dès le début que celle-ci n'a aucune limite, même cet élément perd de son attrait et devient répétitif et lassant. 
Le style de l'auteure reste toutefois remarquable, et elle restaure bel et bien une tradition vampirique d'avant Stephenie Meyer et même Anne Rice ; le livre est également truché de références culturelles à l'époque punk, et le portrait de Bordeaux est éloquent. 
Seulement, pour moi qui suis portée dans mes lectures par les personnages et l'intrigue, ça n'a pas suffit. 
Un livre qui remplit son contrat pour les amateurs de vampires à l'ancienne et de gore à outrance, mais pour lequel j'avais de plus grandes attentes qu'il n'a pas su combler.

3 commentaires:

  1. Le résumé me tentait bien, mais vu ton avis, je vais passer pour le moment ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a peut-être d'autre de l'auteur qui me parlerait mieux, après c'est subjectif mais pour moi sur celui-là ça l'a pas fait.
      J'espère qu'il y a ce qu'il faut dans ta PAL pour compenser =P

      Supprimer
    2. Oh, ne t'en fait pas, ma PAL est bien fournie :P

      Supprimer